Session 9A: Enjeux de l’éducation et communautés autochtones d’expression anglaise

Thèmes:
Education and Indigenous communitiesIndigenous languagesEducational professionalsElementary schoolsTranslanguaging
Quoi:
Talk
Quand:
1:50 PM, vendredi 5 nov. 2021 (50 minutes)
Où:
  Session virtuelle
Cette session est dans le passé.
L'espace virtuel est fermé.
Comment:

Préseidence : Lina Shoumarova, Coordonnatrice en mobilisation des connaissances, QUESCREN

Conférencières :

Cathy Martin, consultante indépendante  

« Initiatives en matière d’éducation autochtone au Québec »

Cette présentation commencera par un aperçu d’une nouvelle organisation autochtone nationale pour les administrateurs de l’éducation. L’Association des administrateurs de l’éducation des Premières Nations (AAEPN) a été créée en 2019 pour renforcer les capacités par l’apprentissage par les pairs et le réseautage. L’AAEPN est un lieu de rassemblement afin de discuter des enjeux auxquels les administrateurs de l’éducation des Premières Nations sont confrontés lorsqu’ils défendent l’éducation et enseignent aux Premières Nations à travers leurs cultures et leurs langues. De même, la question de la négociation de partenariats avec les autorités éducatives provinciales qui occupe une place importante dans leurs activités sera abordée. Les membres de l’AAEPN sont des directeurs d’école, des directeurs de l’éducation et d’autres autorités éducatives, autochtones ou non, qui interagissent avec les apprenants des Premières Nations et les systèmes éducatifs. Cette initiative autochtone inclut les Premières Nations du Québec. La présentation se terminera par le partage de meilleures pratiques en matière d’initiatives éducatives mises en œuvre par les Premières Nations, y compris celles du Québec. 

 

Loretta Robinson, coordonnatrice du programme d’études des Naskapis, Jimmy Sandy Memorial School

« Langues et identités autochtones dans la salle de classe »

Cette présentation portera sur un projet intergénérationnel réalisé dans une école naskapie de la communauté éloignée de Kawawachikamach, située dans le nord-est du Québec subarctique. Le projet permettra de réfléchir à l’importance des pédagogies plurilingues pour les pratiques d’apprentissage des langues des Premières Nations; plus précisément, nous explorerons le cas d’élèves de troisième année qui ont une forte utilisation orale de la langue autochtone, le naskapi. La présentation illustrera comment une communauté d’apprentissage peut créer un espace pour le trans apprentissage linguistique et les compétences de littératie critique alors que les élèves ont produit des textes identitaires dans plusieurs langues (Cumminns, 2005; Velasco et Garcia, 2014). Ce projet, qui impliquait les grands-parents qui sont le fondement de la culture naskapie, a permis aux élèves d’utiliser simultanément les langues naskapie et anglaise. Au cours du projet, les élèves ont commencé à s’approprier leur apprentissage, se sont identifiés comme écrivains, ont partagé leurs stratégies d’apprentissage de différentes langues et ont montré des signes de développement d’une conscience métalinguistique. Ce projet intergénérationnel a révélé comment la langue, la culture, le pouvoir et l’identité se sont entrecroisés dans un contexte scolaire. L’expérience d’apprentissage de l’enseignant et des élèves sera partagée au cours de la présentation. 

 

Notes biographiques :

Cathy Martin, D. Éd., est une grand-mère mi’gmaq de la Première Nation de Listuguj. Elle est titulaire d’un doctorat en leadership pédagogique de l’Université de Phoenix. Mme Martin est actuellement une membre du conseil élue au sein du gouvernement mi’gmaq de Listuguj. En 2019, elle a publié le livre Strengthening Canadian Indigenous: Relationships and Decision-Making Processes. À l’heure actuelle, elle travaille au sein de l’Association des administrateurs de l’éducation des Premières Nations. Elle est aussi membre de QUESCREN. 

Loretta Robinson est une éducatrice crie naskapie de la nation naskapie de Kawawachikamach au Québec. Elle est membre de la nation crie de Pimicikamak au Manitoba. Mme Robinson est titulaire d’une maîtrise en éducation et de diplômes de premier cycle (B. Éd. et B.A.) de l’Université Bishop’s. Elle travaille auprès de diverses commissions scolaires et universités à l’intégration des modes de connaissance autochtones dans le milieu d’enseignement, à l’autochtonisation des programmes d’études et à la préservation des langues autochtones dès la petite enfance. Figurant parmi les créateurs de la compétence de la profession enseignante du Québec portant sur la mise en valeur de l’enseignement intégrant les perspectives autochtones, Mme Robinson applique ce cadre pour appuyer les enseignants dans la mise en œuvre d’une approche tenant compte de la culture en milieu scolaire.

Modérateur.rice
QUESCREN, Concordia University
Coordonnatrice en mobilisation des connaissances
Conférencier.ère
Conférencier.ère
Detail de session
Pour chaque session, permet aux participants d'écrire un court texte de feedback qui sera envoyé à l'organisateur. Ce texte n'est pas envoyé aux présentateurs.
Afin de respecter les règles de gestion des données privées, cette option affiche uniquement les profils des personnes qui ont accepté de partager leur profil publiquement.