You are logged in as an event manager. This page is cached for performance until Sat, 04 Dec 2021 22:14:20 GMT. Preview latest contents by clicking Refresh.
Logout

Quels types de révision génèrent les différentes pratiques rétroactives des enseignants? (Sana Khlaifia, Hana Alahmadi & Amal Sellami, Université de Montréal, Canada)

What:
Talk
When:
2:45 PM, Friday 30 Apr 2021 EDT (30 minutes)
Where:
  Virtual session
This session is in the past.
The virtual space is closed.
How:
Discussion:
0

Sana Khlaifia, Hana Alahmadi & Amal Sellami, Université de Montréal, Canada

Titre : Quels types de révision génèrent les différentes pratiques rétroactives des enseignants?

Mots-clés : révision; pratiques rétroactives; types de la rétroaction correctives; types de révision; Écriture en L1 et en L2

Résumé :

La révision joue un rôle crucial dans le développement de la compétence à écrire (Fayol, 2007). Toutefois, la recherche indique que les apprenants révisent peu et priorisent les erreurs de surface (Allal, Chanquoy et Largy, 2004, Roussey et Piolat, 2005), mettant en relief l’importance de la rétroaction corrective écrite (RC) qui est susceptible d’inciter les apprenants à réviser (Silver et Lee, 2007). Plusieurs recherches ont traité la révision impromptue (Barkaoui, 2016; Chenoweth et Hayes, 2001; Lindgren et Sullivan, 2006). Cependant, rares sont les recherches qui ont étudié la révision déclenchée par la RC de l’enseignant (Lee, 2009). Cette étude descriptive vise à examiner la révision qui suit la RC fournie par l’enseignant.

L’étude a été menée auprès d’apprenants de français (L1 et L2) au primaire et au secondaire. Au total, six classes d’accueil (L2) et neuf classes régulières (L1) ont participé à cette étude. Ils ont révisé un texte qu’ils avaient produit et que leur enseignant avait annoté. Des entrevues ont été réalisées avec les enseignants et les apprenants afin de mieux comprendre les résultats et les interpréter.

Les résultats obtenus indiquent que la rétroaction qui fournit à l’élève la forme correcte est celle qui suscite le plus de révision par rapport à celle qui incite l’apprenant à s’autocorriger. Même si les enseignants du secondaire L1 et L2 utilisent les mêmes techniques rétroactives, les élèves des classes d’accueil révisent plus que ceux des classes de L1.